Projet Abouti Projet abouti

L'espace maritime est soumis à une activité croissante qui a nécessité le développement de systèmes coopératifs d'identification et de localisation de navires tel que l'Automatic Identification System (AIS) permettant aujourd'hui une surveillance du trafic maritime en temps-réel. Des travaux récents ont montré que la diffusion de messages AIS erronés accidentellement ou falsifiés était possible et pouvait induire des actes illégaux engendrant ainsi de nouveaux risques maritimes.

Le projet DéAIS visait à proposer une démarche méthodologique de modélisation, d'analyse et de détection de ces nouveaux risques maritimes. En analysant les informations AIS temps-réel et en les confrontant avec celles archivées, prévues ou prédites, l'objectif consistait à détecter si un navire falsifiait ou faisait face à une attaque de son système AIS.

Le projet a permis d’identifier et de catégoriser les vulnérabilités du système AIS, ses erreurs et falsifications possibles. D’un point de vue technique, DéAIS a conduit à la création d’un démonstrateur d’attaques permettant de créer et de transmettre des messages AIS falsifiés, et de défense, permettant la détection de ces falsifications.

L’expérience a montré que la recherche proposée et menée au cours du projet DéAIS était originale comparativement aux travaux connexes autour du thème Maritime Situational Awereness et synchronisé face aux enjeux de société en termes de cyberdéfense.

Les différentes communications et publications réalisées ont permis de sensibiliser la communauté nationale et européenne sur la question de la sécurité des capteurs et des systèmes d’information embarqués dans les systèmes de transport intelligents.

Retombées et perspectives
  • 3 publications dans revues internationales
  • 17 publications dans des conférences nationales et internationales
  • 14 articles vulgarisation scientifique
  • Une thèse, deux post-doctorats de six mois
Partenaires
Centres de recherche
  • - IRENav, Ecole Navale, Brest  [Porteur de projet]
  • - CEREMA (Centre d'Etudes et d'Expertise sur les Risques, l'Environnement, la Mobilité et l'Aménagement), Brest
  • - Laboratoire d’informatique de l’Université de la Rochelle (L3I), La Rochelle
  • - Mines ParisTech, Centre de Recherche sur les risques et le Crises, Sophia-Antipolis
Financeur
- Agence Nationale de la Recherche
Labellisation
26/09/2014
Budget global
1 032 K€
Fiche PDF