Si le concept d'espèce biologique permet de décrire l'extrême ramification du monde vivant, le processus de ramification à l'origine de nouvelles espèces pose de nombreuses questions irrésolues. Les recherches en biologie évolutive ont permis de décrire les différents types de barrières reproductives qui interdisent les flux de gènes entre espèces. Elles s'attachent aujourd'hui à détailler les mécanismes impliqués dans ces barrières, dans le but ultime de comprendre comment ils évoluent. ISOBAR va s'intéresser à deux mécanismes d'isolement dont le rôle dans la diversification du monde animal a été fondamental. Le premier est l'isolement comportemental, qui résulte du choix préférentiel de partenaires conspécifiques pour la reproduction. Le second mécanisme d'isolement auquel le projet va s'attacher concerne l'isolement post-zygotique. En l'absence d'isolement comportemental strict, les flux de gènes interspécifiques peuvent être limités sous l'effet d'incompatibilités génétiques résultant en une baisse de la viabilité et de la fertilité de la descendance hybride.

Le projet va étudier simultanément les mécanismes de l'isolement comportemental et post-zygotique dans le complexe d'espèces Jaera albifrons (isopodes marins) à l'aide de croisements expérimentaux et d'analyses moléculaires. Le travail sur un groupe d'invertébrés marins à développement direct et au sein duquel le rôle du comportement peut être étudié sera très complémentaire des études empiriques de la spéciation en environnement marin, essentiellement focalisées sur des organismes à phase larvaire et sans composante comportementale forte dans le processus de spéciation.

Partner
Research center
  • - Station Biologique de Roscoff, UMR 7144, Roscoff  [Project Developer]
Funder
- Agence Nationale de la Recherche
Labelisation
25/04/2014
Overall budget
964 K€
PDF